Le CQDM soutient un projet de 1,1 million de dollars d’Immune Biosolutions

Le CQDM soutient un projet de recherche et de développement de 1,1 million de dollars pour la prochaine génération de traitements anticancéreux d’Immune Biosolutions

BOSTON, LE 6 JUIN 2018 – Le CQDM est fier d’annoncer le financement d’un nouveau projet de recherche de 1,1 million de dollars, conjointement avec son partenaire industriel principal, Immune Biosolutions, la Société de recherche sur le cancer, Mitacs, le Centre de recherche du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et TransfertTech. Les fonds permettront aux équipes des professeurs Fernand Gobeil, Philippe Sarret et Fernand-Pierre Gendron de l’Université de Sherbrooke d’approfondir le développement des principaux anticorps thérapeutiques candidats d’Immune Biosolutions afin de lutter contre le cancer.

C’est dans le cadre de son programme SynergiQc que le CQDM soutient ce projet, au cœur duquel se trouve la recherche industrielle. Son financement public et privé est en partie assuré par la contribution du ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Gouvernement du Québec (MESI).

« La mise en commun des expertises développées par chacun des partenaires du CQDM concourra au succès de ce projet de recherche prometteur pour la lutte contre le cancer. L’établissement de partenariats fructueux se trouve d’ailleurs au cœur de la Stratégie québécoise des sciences de la vie, grâce à laquelle le Québec a le potentiel de se hisser parmi les cinq pôles nord-américains les plus importants de ce secteur d’ici 2027 », souligne la vice-première ministre, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, madame Dominique Anglade.

« Nous pouvons nous réjouir d’un tel partenariat, auquel participe notamment une installation de recherche du réseau de la santé et des services sociaux, et des retombées positives qu’aura ce projet sur la qualité et l’efficacité des soins offerts aux usagers. Nous nous sommes engagés collectivement à faire de notre lutte contre le cancer une priorité, et je suis persuadé que c’est par des initiatives collectives d’une telle portée que nous parviendrons le mieux à mener ce combat, ensemble, au bénéfice de toute la population québécoise », a déclaré le ministre de la Santé et des Services sociaux, monsieur Gaétan Barrette.

Ce projet vise la démonstration de l’efficacité et de la sécurité in vivo de nouveaux anticorps thérapeutiques humains développés chez le poulet et générés à l’aide de la plateforme exclusive NebulaMC d’Immune Biosolutions. Ainsi, la recherche confirmera la capacité de découverte transformative de cette plate-forme pour des cibles potentiellement efficaces, mais encore largement inexploitées en raison de leur structure complexe et de leur variabilité conformationnelle élevée. Les anticorps anticancéreux hautement spécifiques élaborés lors du projet cibleront deux récepteurs couplés aux protéines G (RCPG), soit le récepteur B1 de la bradykinine (B1R) et le récepteur de la neurotensine 1 (NTSR1), pour le traitement des cancers solides, tels que les cancers colorectaux et ceux du poumon non à petites cellules (pour NTSR1), ainsi que les cancers de la prostate et ceux du sein triple négatifs (pour B1R). L’objectif global consiste donc à positionner ces programmes de développement en vue d’études cliniques servant de tremplin à Immune Biosolutions pour développer son propre pipeline d’anticorps humanisés contre les maladies ayant des besoins médicaux non satisfaits élevés.

« L’expertise des professeurs Gobeil, Sarret et Gendron dans les RCPG, le développement de médicaments et la recherche sur le cancer à l’Université de Sherbrooke seront déterminants pour la validation et l’optimisation des principaux anticorps thérapeutiques d’Immune Biosolutions. Le potentiel de la plate-forme NebulaMC pour générer des anticorps thérapeutiques est énorme et sa validation à travers ce projet pourrait ouvrir la voie à la mise en place d’anticorps humanisés contre de nombreux cancers et d’autres maladies actuellement dépourvus de traitements efficaces », explique Frédéric Leduc, PDG d’Immune Biosolutions.

« Le CQDM est très fier de financer ce projet de collaboration entre Immune Biosolutions (une entreprise de biotechnologie en démarrage à Sherbrooke) et l’Université de Sherbrooke pour développer une technologie révolutionnaire pour lutter contre le cancer. Ce projet englobe l’objectif principal du programme SynergiQc du CQDM de financer la recherche industrielle dans les milieux universitaires et de permettre aux entreprises québécoises d’innover tout en bénéficiant de l’expertise et de l’infrastructure des universités québécoises », déclare Diane Gosselin, présidente et directrice générale du CQDM.

 

À propos du CQDM 

Le CQDM est un consortium pharmaceutique dont la mission est de financer le développement d’outils et de technologies innovants qui accélèrent la découverte de médicaments. Organisation unique, le modèle d’affaires du CQDM repose sur une approche collaborative où tous les intervenants partagent les coûts de la recherche biopharmaceutique et bénéficient de ses résultats. Le CQDM offre également un lieu de rencontre commun où les universités, les gouvernements, de même que les industries pharmaceutiques et biotechnologiques convergent pour relever de nombreux défis médicaux complexes. Les membres industriels du CQDM comprennent Merck, Pfizer, AstraZeneca, Boehringer Ingelheim, GlaxoSmithKline, Eli Lilly Canada, Janssen, Novartis Pharma Canada, Sanofi Canada, Servier, Roche, Takeda, ainsi que le ministère de l’Économie, de la Science et de l’Innovation du Québec et le gouvernement du Canada, dans le cadre du Programme des réseaux de centres d’excellence dirigés par l’entreprise (RCE-E). Pour plus d’informations : www.cqdm.org

 

À propos d’Immune Biosolutions 

Immune Biosolutions (IBio) est une société de biotechnologie innovante spécialisée dans la découverte et l’ingénierie d’anticorps humanisés de poulet qui ciblent des protéines ayant un potentiel thérapeutique reconnu, mais inexploité. L’objectif d’IBio vise à accélérer la découverte d’anticorps contre des cibles traditionnellement difficiles, telles que les GPCR et d’autres protéines membranaires. Sa plate-forme d’anticorps NebulaMC lui permet de générer des banques d’anticorps recombinants de haute valeur pouvant cibler et moduler les protéines membranaires. Qui plus est, le pipeline d’Immune Biosolutions comprend trois programmes thérapeutiques anti-GPCR connues pour être surexprimées dans plusieurs cancers, et pour lesquels IBio valide actuellement le potentiel thérapeutique. Pour plus d’informations : www.immunebiosolutions.com

 

À propos de la Société de recherche sur le cancer 

Fondée en 1945, la Société de recherche sur le cancer (SRC) est la première organisation canadienne entièrement consacrée au financement de la recherche sur tous les types de cancer. Au fil des ans, la SRC a soutenu par milliers les grands esprits scientifiques du pays qui ont contribué à accomplir des progrès importants en prévention, en détection et en traitement du cancer. Depuis 2000, grâce à la générosité des donateurs canadiens, la SRC a remis plus de 140 millions de dollars en subventions de recherche. Pour plus d’informations : https://www.societederecherchesurlecancer.ca/fr

 

À propos de Mitacs 

Mitacs est un organisme national à but non lucratif qui élabore et offre des programmes de recherche et de formation au Canada, et ce, depuis 19 ans. En collaboration avec soixante universités, des milliers d’entreprises, le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux, Mitacs noue des partenariats qui soutiennent l’innovation industrielle et sociale au pays. Les projets, qui sont proposés au sein de toutes les disciplines et de tous les secteurs de l’industrie, couvrent un éventail de domaines, dont la fabrication, les processus d’affaires, les TI, les sciences sociales et la conception. Pour plus d’informations : http://www.mitacs.ca/fr